Dididou, dessine-moi...Persepolis

coloriage pour enfant

Persépolis

Fondée par Darius Ier en 518 av. J.-C., Persépolis, capitale de l'Empire achéménide, fut construite sur une immense terrasse mi-naturelle, mi-artificielle où le roi des rois avait édifié un splendide palais aux proportions imposantes. C'est un site archéologique unique par l'importance et la qualité de ses vestiges monumentaux.

 

Histoire

Site de la Perse achéménide fouillé depuis 1931 par des archéologues allemands, américains, italiens et iraniens. Depuis les années 1980, les travaux archéologiques se limitent à la protection et à la conservation du site. La construction de Persépolis, œuvre de Darius, puis de Xerxès, commença vers ~ 516.

Persépolis comprend un vaste complexe palatin érigé sur une terrasse monumentale qui supporte de multiples bâtiments hypostyles. Ces palais ont des fonctions protocolaires, rituelles, emblématiques, ou administratives précises : audience, appartements royaux, administration du trésor, accueil. À proximité de la Terrasse se trouvaient d’autres éléments : habitations de la ville basse, tombes royales, autels, jardins. De nombreux bas-reliefs sculptés sur les escaliers et portes des palais représentent la diversité des peuples composant l’empire.

 

Coloriage de Persepolis

coloriage persépolis
Persépolis - IRAN

Cliquer sur de l'image pour l'agrandir, puis avec un "clic" droit sur la souris : Afficher l'image puis l'imprimer, ou Enregistrer sous.

 

 

Retour à la galerie Monuments célèbres

 

 

La construction de la cité a réquisitionné la contribution d'ouvriers et d'artisans venus de l'empire tout entier. C'est cet agencement de styles différents et de plusieurs savoir-faire qui fait d'ailleurs la particularité architecturale de Persépolis.

 

La qualité surprenante des ruines en fait un site archéologique unique. Depuis 1979, Persepolis est inscrite sur la liste du Patrimoine Mondial de l'UNESCO.

 

 

Destruction

En janvier de l’an 330, Alexandre le Grand entra à Persépolis, qui se rendit sans opposer de résistance. La ville fut pillée et le trésor royal emporté mais les bâtiments furent laissés intacts, sous la garde d’une garnison de soldats macédoniens. La suite de l’histoire fait l’objet de nombreuses controverses : Alexandre a-t-il délibérément mis le feu au palais pour venger la destruction des temples d’Athènes par les Perses en 480 av. J.-C., ou bien s’agit-il d’un incendie accidentel qui se serait produit pendant une des orgies du conquérant ? Il est certain qu’il n’était pas dans les habitudes d’Alexandre de détruire les villes conquises, et l’on sait qu’il manifesta du respect pour son ennemi vaincu, Darius III Codoman, ainsi que pour la sépulture de Cyrus.

Selon certains auteurs persans, le palais ne fut pas abandonné immédiatement. Le satrape Penceste y sacrifia aux mânes de Philippe et d’Alexandre. Ardéchir Ier y demeurait quand il se révolta contre les Parthes. Sapor II déporta six mille habitants de la ville pour repeupler Nisibin qu’il avait détruite. La destruction totale et l’abandon qui suivirent ne datent que du début de l’hégire.